N°72 – Sur les traces de l’Ours

 

Si l’ours, aujourd’hui, ne hante plus nos montagnes, il hante toujours notre imaginaire. Pourquoi cet animal, perçu comme si proche de l’homme, a-t-il fait naître tant de peurs et de fascinations millénaires ?

| Éditorial

Bonne nouvelle ! L’oralité revient sur le devant de la scène, et par la grande porte, puisqu’un grand oral s’inscrira bientôt au baccalauréat.

De plus, il est réconfortant de constater que de nouvelles formes de contes et de récits oraux attirent un public nombreux, jeune et passionné. Preuve en est, entre autres, le succès du Live Magazine, dans lequel une quinzaine de personnes viennent raconter sur scène une histoire qui leur est arrivée, et auquel nous consacrons un article ; ou l’engouement suscité par la Cour des contes, initiative fondée par huit jeunes acteurs, qui a pour ambition de promouvoir l’art du conte auprès des 18-35 ans. Vous pourrez faire plus ample connaissance avec eux, grâce à l’interview qui paraîtra dans notre prochain numéro !

Les contes touchent toutes les générations et ne cessent de tisser du lien social. Lus, racontés, écoutés par tous, ils s’ouvrent à tous les rêves, à tous les possibles. Voila pourquoi on les aime et on les défend, surtout à une époque où la pression du politiquement correct pousse à réécrire voire à censurer des œuvres qui ont marqué notre imaginaire (Carmen, La Belle au bois dormant…)

Un dernier mot. Le prix au numéro de votre revue augmente d’un petit euro. Il n’y avait pas eu d’augmentation depuis 1999 ! Deux raisons à cette très légère hausse. Tout d’abord, parce que les temps sont durs pour les associations qui, touchées par la suppression des emplois aidés, voient leur charge salariale s’envoler, alors que les aides financières se font rares. Ensuite, parce que nous voulons continuer à vous offrir une revue de qualité, désormais en couleur depuis trois numéros. Cette augmentation ne concerne pas le tarif des abonnements qui reste inchangé. Alors, abonnez-vous, vous contribuerez ainsi à ce que La Grande Oreille poursuive son chemin à vos côtés.

Lionnette Arnodin et la rédaction.

 

France (port inclus) : 20,50 €
Monde (port inclus) : 24 €

| Quelques pages de la revue

__________________________________________________________________________________________________________________

| Téléchargez le sommaire ici.

__________________________________________________________________________________________________________________

| Les sons et vidéos qui accompagnent ce numéro

La chanson de l’ours, Charles-Ferdinand Ramuz et Igor Stravinsky.
The Bear and the Maiden Fair, The Hold Steady et Ramin Djawadi, paroles de G.R.R. Martin.
Le montreur d’ours, Jean-Michel Caradec.
La chanson de l’ours, Charles Trenet.

Les ours bulles, Les Ours du Scorff.


Trois petits ours s’en vont au bois, Les Ours du Scorff.

Bien doucement, Les Ours du Scorff.

C’est peut-être un ours, Les Ours du Scorff.

Qui a dit ?, Les Ours du Scorff.

En levant les pattes et les pieds, Les Ours du Scorff.

L’ours Oné, Les Ours du Scorff.

Le retour d’Oné, Les Ours du Scorff.

Trois petits ours se sont endormis, Les Ours du Scorff.



  • Lieux de contes en région parisienne